Kia ora and Haere mai (Bonjour et bienvenue en maori) sur l’île du Sud!
On vous avait laissé au jour 16 à Wellington…

Après 3 heures de traversée en ferry… nous voici arrivés à Picton!!

Jour 16 – Picton Havelock

Notre arrivée à Picton se fait à 17h45… autant dire que l’on ne va pas faire beaucoup de route!
Direction donc notre free camp qui se trouve à Double Bay Reserve : un petit coin tranquille en bord de mer :-).
Petit clin d’œil à Hélène et Clément, deux français rencontrés dans ce fameux free camp et qui nous on peut être évité 200$ d’amende pour mauvais stationnement (Nous n’étions pas garé sur un emplacement dédié…).

 

Jour 17 – Havelock Motueka

Le lendemain nous prenons la direction du grand parc d’Abel Tasman. 
Comme la route est longue : nous décidons de faire une pause déjeuner sur Rabbit Island. Et là…on a réalisé LE combo : Julien obtient enfin son “barbecue” feu de bois tant attendu mais en plus, il l’a allumé façon Koh-Lanta avec notre couteau et un allume feu survie (dédicace Fournol’family : he did it)! Sur la route, nous nous arrêtons à Motueka afin de réserver notre activité du lendemain : kayak & bateau dans le parc (vive le wifi gratuit de Mc Do car notre réseau free n’était pas encore de retour à ce moment là). L’excursion commençant tôt, nous nous rendons dans le free camp le plus près : WF Moss Scenic Reserve.

Petit point “Info” sur  Abel Tasman :
Le parc national est situé sur la pointe nord-ouest de île. Fondé en 1942, il est le plus petit des parcs nationaux du pays (“seulement” 225 km² de superficie). Il est nommé en honneur de l’explorateur Abel Tasman, qui devient en 1642 le premier Européen à arriver en Nouvelle-Zélande. 
Le Department of Conservation régit le parc. En revanche, une partie de la côte sablonneuse est une « réserve scénique » (« Scenic Reserve »). Elle recouvre 774 hectares avec environ 70 km de côte et est régie par le Tasman District Council. Toute activité se déroulant dans les eaux de la côte tombe sous sa responsabilité. 

 

Jour 18 – Kaiteriteri Wesport

Même si nous n’avions que peu d’espoir : il fait beau! Et c’est l’heure du Kayak!
Direction le centre de Kaiteriteri pour retrouver notre guide. Après les conseils et explications d’usage, nous voici ramant en direction du célèbre Split Apple Rock. Nous avons la chance d’apercevoir nos premiers dauphins! 
Une fois le tour du rocher effectué, notre guide nous emmène sur une plage pour une petite pause café et biscuits avec une vue sur Split Apple Rock. Il nous compte ainsi les légendes maoris liées à fameux rocher ainsi que les explications plus cartésiennes! 
Split Apple Rock est une formation rocheuse géologique. Fait de granit, il a la forme d’une pomme qui a été coupée en deux. La fente, pour produire deux côtés de la «pomme», était un phénomène naturel. On ne sait pas quand cela s’est produit et donc le clivage de la roche a attiré des explications mythologiques… Deux dieux de la légende maori se disputaient la possession d’un gros rocher. Pour régler la question, ils ont utilisé leur force divine pour le casser en deux. (Plus plausible : selon les géologues, l’eau s’est infiltrée dans une fissure dans la roche pendant une période glaciaire et a gelé, se dilatant en volume et déchirant la pierre, mais bon ce n’est pas aussi fun…). 

De retour sur la terre ferme, nous avons tout juste le temps de manger dans le van avant de reprendre notre bateau navette direction la plage d’Anchorage. Sur la route, le bateau nous emmène près de Split Apple Rock mais aussi près d’une île afin de nous montrer une colonie de lions de mer 😉 Une fois débarqués, nous décidons de suivre les conseils de notre guide Kayak et nous nous rendons dans la baie de Te Pukatea. Après environ 20min de marche, nous voici sur une belle plage de sable… seul hic en vue : le ciel sombre qui s’amène vers nous! Nous profitons de la plage pendant environ 1h le temps de savourer une petite bière. La navette retour vient nous récupérer à temps car le temps se gâte et le vent froid arrive! 

Notre virée dans le parc terminée, nous décidons de reprendre la route pour nous avancer sur l’étape du lendemain… Direction donc Wesport et le free camp de Beach View. Il s’agit d’un tout petit emplacement en bord de plage avec très peu de place… hourra la dernière place est pour nous! Sur la route, nous avons faillit écraser un kiwi… et plus tard dans la soirée, Julien en reverra un qui s’était planqué sous notre van! Nous sommes partis à sa recherche avec nos lampes frontales mais sans succès…

Jour 19 – Wesport Ross

Ahhh le réveil en bord de mer, c’est ce que nous préférons… et pour fêter le retour du réseau Free (enfin!!) et commencer la journée : ce sera baignade pour Julien (histoire de remplacer la douche… et lingettes pour Eglantine : oui l’eau est froide!).

Nous continuons notre descente vers le Sud et notre étape du jour sera Pancake Rocks. L’aspect quasi unique de Pancake Rocks tient à la stratification fine de calcaire (provenant de l’entassement de sédiments marins et de minces couches de boue et d’argile, débuté il y a plus de 30 millions d’années…). Par l’érosion, cela prend l’aspect d’un empilement de blocs rocheux fins et horizontaux. On comprend leur nom par analogie avec les pancakes : ça ressemble à des piles géantes de crêpes!

Nous décidons de nous arrêter dans un camping payant (10$/personne) : le Empire Hotel. Il s’agit avant tout d’un bar où nous avons pu déguster une bière et jouer au billard avant d’aller se prélasser sous une douche chaude (ahhhh c’est dans ces moments qu’on réalise notre vie d’occidental privilégié : une douche chaude tous les jours devient un luxe ici quand on vit en van!). Nous avons aussi pu profiter des “talents” de chanteur des voisins se disant qu’un karaoké extérieur  alcoolisé jusqu’à 1h30 du matin ferait plaisir à tous les campeurs… 🙁  Une autre histoire!

Jour 20 – Ross Haast

Cette journée devait être dédiée aux glaciers… mais c’est sans compter sur une météo réticente.
En effet, un épais brouillard nous cache les sommets rendant impossible l’admiration de Franz Josef Glacier et Fox Glacier… et rendant également impossible l’excursion que nous avions prévu : un héli-hike sur le glacier Fox (un hélicoptère nous dépose sur le glacier, 3h de marche sur ce dernier et le retour se fait en hélicoptère…). Loupé aussi pour la fameuse photo des sommets se reflétant sur le Lake Matheson…
Nous profitons d’être à côté pour aller voir le bord de mer au niveau de Gillespies beach : plage de galets et beaucoup de vent…

A défaut de pouvoir le fouler, nous nous rendons au terminal du glacier Fox. La marche dure environ 30min aller avec une superbe montée… et une vue quelque peu décevante! Nous sommes loin du glacier et la glace en elle-même est recouverte d’une couche de poussière de roche : on distingue très peu le turquoise tant recherché!

Après plus de 2h de réflexion et la consultation de divers sites de météo (on ne sait jamais…) : notre idée de faire le héli-hike le lendemain est abandonnée (l’excursion coûte chère et si la météo n’est pas de notre côté…déception assurée).

Il est donc temps pour nous de reprendre la route. Nous nous rendons sur le lieu de ce que Campermate (l’application) appelle un “free camp” : Waita River Mouth Camping Ground! Alors… comment décrire l’endroit… This is not the better place to be !  Un énorme bœuf garde l’entrée de ce camp qui a plus des allures de squat par des locaux que de free camp! Des panneaux “No Camping” plantent le décors… et en demandant aux “habitants”, les réponses sur le droit ou non de camper ici divergent. Nous n’avons pas demandé notre reste et sommes repartis! Tous les backpackers que nous avons croisés ont fait de même… 

Vue l’heure avancée (environ 22h), nous avons poussé jusqu’au camping du DOC à 8$/personne : Pleasant Flat Campsite.

Jour 21 – Haast Lake Hayes

Après un réveil sous la pluie, le froid et avec une invasion de “Sandflies” (mouches des sables qui piquent)… nous effectuons un premier arrêt à Fantail Falls, une chute d’eau située dans le parc national du mont Aspiring. C’est une chute d’eau facilement accessible, qui tombe dans la rivière Haast.

Notre deuxième arrêt est “The blue pool” et là surprise : c’est réunion Escape 😉 Nous retrouvons 2 autres vans comme le notre! Nous sympathisons avec les propriétaires de Jade (van vert et violet sur les photos) : Laura et Timothée! Direction “The blue pool” avec une promenade de 20 minutes et la traversée d’un pont qui traverse la rivière Makarora. On peut ensuite admirer des “piscines” bleues turquoises.

Nous poursuivons notre route vers Wanaka. La ville et son lac du même nom sont nichés au pied des montagnes et sommets enneigés (oui on les voit cette fois-ci!). La vue est belle mais la zone est touristique et il y a donc beaucoup de monde… nous préférons nous rendre au Lake Hawea à une dizaine de kilomètres pour faire une petite pause farniente au calme!

Nous reprenons la route en fin de journée direction Lake Hayes pour notre free camp. Nous croisons sur la route une collection de soutiens-gorges (pour la lutte contre le cancer du sein). Nous admirons aussi un superbe couché de soleil tout en haut d’un col de montagne…

Après une route digne des plus grands rallyes (bonjour les virages en tête d’épingle), nous voici au Lake Hayes Reserve (à 15min de Queenstown). Un beau free camp pour la nuit avec une grande étendue d’herbe au pied d’un lac.

Jour 22 – Lake Hayes Kingston

Nous voici à Queenstown (en maori : Tāhuna) : la ville connue pour les activités riches en sensations fortes (saut à l’élastique… parapente…). De notre côté ce sera beaucoup plus calme : déjeuner dans le parc… au bord de l’eau! L’occasion d’admirer les trajets du TSS Earnslaw (un authentique bateau à vapeur qui date de la même année que le Titanic). Ce bateau assure le transport des passagers sur le lac Wakatipu depuis un siècle.

En parlant du lac, il est long de 80km et profond d’environ 400m ce qui lui vaut d’être comparé au Loch Ness. La comparaison tient aussi à la légende d’un monstre qui l’habiterait! L’histoire : un guerrier maori souhaitait libérer sa promise… pour y parvenir, il mit le feu à un géant durant son sommeil. Le feu fit fondre la neige des montagnes et donna naissance au lac. La légende veut qu’encore aujourd’hui le niveau de l’eau varie de 20 cm à intervalle régulier (au rythme des battements du cœur du géant). Le côté scientifique penche plutôt pour une question de “changement de pression atmosphérique”. Et pour les cinéphiles, on retrouve le lac dans la trilogie “Le Seigneur des Anneaux”.

Après ce moment de répit, direction le centre ville pour une session “lessive”. L’occasion d’aller voir les agences d’excursions pour se renseigner sur Milford Sound et Doubtful Sound… Après comparaison, nous décidons de booker via l’agence Happy Travels de Queenstown qui nous a bien renseigné… Ce sera Doubtful Sound le lendemain et Milford Sound le jour d’après avec la compagnie Orange Go (Cerise sur le gâteau : une réduction de 22$ sur la facture totale. Parfois, il suffit simplement de demander si une réduction est possible et hop !).

Il est donc l’heure de reprendre la route pour être au plus près de Manapouri, point de départ du Doubtful Sound le lendemain… Nous dormons au free camp de Drift Bay au dessus de Kingston (soit encore 1h30 de route le lendemain matin mais c’est le free camp le plus près…).

Jour 23 – Kingston Kiosk Creek

La journée commence tôt puisqu’il nous reste 1h30 de route pour arriver sur le lieu de départ de notre excursion au Doubful Sound…
Et là je devine vos interrogations… Mais qu’est ce que Doubtful Sound? Il s’agit d’un très grand fjord dans le sud-ouest de l’île du Sud. 

Pour la petite histoire : le capitaine James Cook lui donne le nom de « Doubtful Harbour » lors de son passage en 1770.  Il n’entre pas dans le fjord doutant qu’il soit navigable. Le mot « doubtful » signifie « incertain, douteux » en anglais. Il est ensuite renommé « Doubtful Sound » par les chasseurs de baleines et de phoques.  Ce coin du pays, riche de nombreux fjords, est appelé Fiordland. Avec un terrain très accidenté et faisant partie des Alpes du Sud, il est peu peuplé et d’accès relativement difficile.
Le terrain est connu pour les centaines de chutes d’eau qui surgissent pendant la saison des pluies. On accède à Doubtful Sound soit par voie maritime (l’océan Pacifique) ou en prenant la route du col de Wilmot (Wilmot Pass) depuis la centrale électrique de Manapouri. La plus grande partie de la côte du fjord est toutefois inaccessible sauf par voie maritime, l’infrastructure routière étant presque inexistante dans le Fiordland. 
Notre excursion commence par une première partie en bateau afin de traverser le lac Manapouri. Au niveau de la centrale hydraulique, nous montons dans un bus qui nous fait traverser le fameux col de Wilmot! A l’aller… nous ne verrons pas grand chose en raison d’un épais brouillard qui laisse présager pour la suite! La journée est placée sous le signe de la pluie. Nous arrivons après environ 30min au départ de Doubtful Sound. 
Parfois appelé «le bruit du silence», il règne une sérénité à l’intérieur de Doubtful Sound. Le fjord est riche en cascades, en flore et en faune. Nous avons ainsi pu observer des otaries à fourrure et des manchots à crête jaune sur des petits îlots. 
La couleur très sombre de l’eau nous a frappé! Et voici l’explication : les eaux de Doubtful Sound forment deux couches distinctes qui ne se mélangent pas : la couche supérieure, épaisse de quelques mètres, consiste d’eau fraîche des rivières et chutes des montagnes aux alentours. La couche inférieure est de l’eau saline de mer. La différence en indice de réfraction entre ces deux couches fait que la lumière y pénètre difficilement.

Nous passons ainsi 3 heures à explorer toute la longueur du fjord jusqu’à la mer de Tasman puis nous faisons le trajet inverse.

Question tarif : l’excursion Doubtful Sound coûte 249$. Si vous recherchez en ligne, vous pouvez trouver sur Bookme une offre à 199$/personne selon la période. Pour nous, c’était le même tarif dans l’agence Happy Travels de Queenstown avec les conseils en plus.

Une fois de retour sur la terre ferme… nous prenons la route direction Milford Sound… Nous nous arrêtons dans un camping DOC à 8$/personne. Nous choisissons “Kiosk Creek Campsite” car il dispose d’emplacements barbecue… Nous tentons ainsi de faire un feu mais avec la pluie des derniers jours… le bois est humide et nous abandonnons après 1h30 de lutte!

Jour 24 – Milford Sound Athol

Point histoire de Milford Sound:
Les Maori, qui habitaient la région dès l’an mille environ, ont traversé le Milford Sound afin de gagner la baie d’Anita et l’ont baptisé Piopiotahi qui signifie en français « L’endroit du Thrush chantant » du nom d’une espèce d’oiseau désormais éteinte. Milford Sound est dans le parc national de Fiordland inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco sous le nom de Te Wāhipounamu. Milford Sound s’avance d’une quinzaine de kilomètres dans les terres, au cœur des Alpes du Sud.
Le premier Européen à avoir découvert le Milford Sound est le navigateur James Cook qui l’approche le 11 novembre 1770 à bord de l’Endeavour, décrivant un paysage rocheux accidenté aux sommets enneigés. À partir de la fin du 18ème siècle, les chasseurs de phoques s’établissent dans la région des fjords au point d’exterminer ces animaux dans les années 1820. C’est un de ces chasseurs gallois qui a baptisé le Milford Sound de son nom actuel en l’honneur d’un port naturel du pays de Galles, le Milford Haven.

Après nos 50min de route pour rejoindre le point de départ de l’excursion, nous embarquons sur le bateau pour une croisière de 2h. Et oh surprise… Devinez qui nous retrouvons sur le bateau??? Nos copains Escape : Laura et Timothée! Nous nous trouvons une place géniale à l’avant du bateau pour voir les différents points clés au départ de Milford Wharf. Point super positif : nous passons toute l’excursion sous un superbe soleil. L’occasion pour Julien de prendre une douche sous une des cascades ;-). Le capitaine avait pourtant prévenu “Free shower”…

Après cette super excursion, nous décidons, avec nos nouveaux amis français, de profiter du soleil pour faire une randonnée d’environ 3h : “Key Submit Alpine Walk”.
Nous partons ensuite pour un camping à mi-chemin de nos destinations respectives : “Athol Domaine Lodge” pour une soirée grillades d’agneau au barbecue et petits légumes à la plancha.

Terminer l’épisode 3 sur un BBQ Lamb nous fait plaisir et surtout à Julien!
****/!\ Attention spoiler /!\****
Dans l’épisode 4 : le Sud du Sud, il y a aura encore et toujours plus d’animaux marins ^^

Laisser un commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com