On vous retrouve pour la suite des aventures : direction la pointe Sud de l’île…

Jour 25 – Athol Waipohatu

C’est l’heure de reprendre la route… direction la ville la plus australe du pays! Nous traversons ainsi Invercargill et arrivons à Bluff.  Il s’agit d’une ville portuaire… et autant le dire : il n’y a rien à faire ici! La ville a été nommée d’après Bluff Hill, autrefois connu des chasseurs de baleines comme « Old Man’s Bluff ». 
Stirling Point marque l’extrémité sud de la State Highway 1 (Route 1), qui s’étend le long de la Nouvelle-Zélande. Le lieu permet d’admirer une plage rocheuse en déjeunant dans son van (hé oui ce satané vent!). C’est aussi le point de départ d’une randonnée. Sur le front de mer, un poteau avec des pancartes de direction affichent la distance nous séparant des grandes villes du monde : l’occasion de prendre quelques photos originales! 
Nous reprenons ensuite la route vers Les Catlins. 
Le littoral des Catlins est notoirement dangereux : il y a eu de nombreux naufrages. Le plus célèbre est sans doute le naufrage du paquebot Tararua sur la route de Port Chalmers à Melbourne via Bluff avec la perte de presque tous les passagers à son bord.

Sur la route, nous faisons un arrêt à Waipapa Point. Il s’agit d’un promontoire rocheux sur la côte sud du détroit de Foveaux. Un phare a été construit vers 1884 sur le point en réponse à la tragédie du paquebot Tararua : c’est l’un des derniers phares en bois construits en Nouvelle-Zélande. Il est toujours actif et a été automatisé en 1976. Nous faisons une courte promenade autour du grand phare de Waipapa Point et sur la plage, l’occasion de retrouver des lions de mer tranquillement avachis sur la plage.

Ah et autant prévenir : les routes de gravier sont inévitables entre Waipapa Point et Curio Bay.

Nous tentons ensuite de rejoindre Slop Point… le point le plus au sud de l’île. La route pour y accéder est en travaux : imaginez une route de gravier… là c’est encore pire! Ensuite, ce que nous ne savions pas : il n’y a pas de route vers Slope Point, il doit être atteint par une marche de 20 minutes et il n’y a pas d’accès public pendant la période de septembre à novembre (saison d’agnelage)… voila qui règle la question : on ne verra jamais le fameux point.

Nous dormons dans un petit coin reculé où nous sommes seuls au monde et avec un emplacement barbecue (Julien  se lance dans un nouveau feu de bois!)

 

Jour 26 – Waipohatu Brighton

Nous reprenons notre route direction Dunedin. Nous nous arrêtons en chemin aux Purakaunui Falls. Il s’agit d’une cascade de trois niveaux sur la rivière Purakaunui. Ces chutes sont une image emblématique de la région des Catlins et ont été présentées sur un timbre-poste néo-zélandais en 1976.

Nous passons ensuite par Florence Hill mais ne restons pas longtemps au niveau du point de vue en raison d’un vent très très fort…
Nous voici arrivés à Dunedin! La découverte de la ville est prévue pour le lendemain, du coup nous décidons d’aller voir Tunnel Beach à proximité de la ville et devinez sur qui on tombe sur le parking ??? Nos amis français Escape Laura et Timothée (Non non on ne les suit pas…). Eux repartent pour aller voir les pingouins, nous récupérons l’adresse pour le lendemain.

Revenons à Tunnel Beach. Il faut suivre une piste qui descend vers une côte rocheuse spectaculaire. À la fin de la piste, vous trouverez le tunnel de roche sculpté à la main qui donne son nom à Tunnel Beach. Construit dans les années 1870, le passage permet d’accéder à une plage isolée et abritée au pied des falaises.
Attention aux mouettes qui peuvent se montrer très agressives lorsqu’on s’approche trop près de certains bords (leurs nids ne doivent pas être très loin…).

Nous dormons à Brighton (environ 20min de Dunedin) dans le free camp de Brighton Domain au niveau du terrain de rugby face à la mer.

Jour 27 – Brighton Dunedin

Nous commençons notre journée avec la visite du Dunedin Chinese Garden. Le jardin est un authentique jardin chinois, créé avec le soutien du conseil municipal de Dunedin et du gouvernement municipal de Shanghai. Il est le seul authentique jardin chinois de Nouvelle-Zélande et l’un des trois seuls en dehors de la Chine – le premier du genre à être construit dans l’hémisphère sud. Les deux autres jardins chinois en dehors de la Chine sont à Portland, aux États-Unis, et à Vancouver, au Canada. 

Direction ensuite la cathédrale Saint-Paul. C’est l’église mère du diocèse anglican de Dunedin en Nouvelle-Zélande et le siège de l’évêque de Dunedin. La cathédrale a été érigée sur le site de l’ancienne église paroissiale de Saint-Paul, établie en 1862. Cette dernière s’est si vite érodée que son clocher a dû être enlevé quelques années seulement après sa construction. Après des années de collectes de fonds, la première pierre de la nouvelle cathédrale fut posée en 1915. 

Nous passons ensuite devant la gare de Dunedin : un beau bâtiment en pierre (sa construction mélange du calcaire beige, de la pierre bleue de l’Otago et du marbre).

Nous prenons ensuite la direction de la péninsule d’Otago. Nous nous arrêtons à Sandfly Beach. La plage est réputée pour accueillir beaucoup d’otaries qui viennent se prélasser sur le sable.  La plage se trouve dans la Sandfly Bay : une baie de sable avec de grandes dunes. L’accès à la plage se fait par une grande descente dans le sable (qui présage une remontée sportive). Et on ne nous a pas menti, les otaries sont nombreuses ici! Nous y restons une bonne partie de l’après-midi pour les observer sortir de l’eau, se prélasser ou encore jouer…

En fin de journée, nous nous dirigeons vers le centre Royal Albatross Centre à la pointe de la péninsule. Ce dernier organise des visites guidées pour observer le Little Blue Penguin, le plus petit pingouin du monde (35$/personne) tous les soirs à partir d’une plate-forme en bord de mer. Nous découvrons ainsi le Kororā (son nom maori), le petit pingouin bleu. Après une journée en mer, les pingouins se rassemblent en groupe (apparemment toujours les mêmes) et débarquent sur la plage pour se diriger vers leurs nids où ils nourrissent leurs poussins. 

L’occasion pour nous de découvrir ces petits êtres (haut de 33cm en moyenne) et leur capacité à faire beaucoup de bruit (des cris stridents et brefs). Ils sont appelés petits pingouins bleus ou pingouins bleus en raison de leur plumage bleu ardoise et se nourrissent en chassant de petits poissons ou encore des crustacés (on le devine à l’odeur).
Une très belle rencontre !

Nous sortons vers 21h45 de la visite… direction le free camp “The Oval” de Dunedin en centre ville pour la nuit.

Jour 28 – Dunedin Moeraki

Aujourd’hui, la route sera courte… Nous effectuons un premier arrêt au Katiki Point Lighthouse. Le phare de Katiki Point (construit en 1878) se trouve dans la réserve historique de Katiki Point “Te Raka-a-Hineatea”. Nous y croisons beaucoup de phoques à fourrure qui se reposent sur les rochers. C’est la zone de reproduction principale dans North Otago. C’est aussi le site de reproduction le plus important pour les manchots jaunes “hoiho” dans le nord d’Otago. On nous avais conseillé de regarder dans l’herbe sur le chemin pour voir des manchots mais nous n’avons pas eu beaucoup de succès… 

Nous avons attendu dans l’espoir d’en voir pendant environ 20min pour ensuite se rendre compte qu’il y en avait un caché juste derrière l’arbre devant nous… ce sera le seul que nous aurons la chance de voir!

Direction ensuite Moeraki Boulders :  ce sont des rochers sphériques exceptionnellement grands situés le long d’un tronçon de la Koekohe Beach sur le plateau de la baie d’Otago. Les blocs les plus imposants pèsent plusieurs tonnes et mesurent jusqu’à trois mètres de diamètre. Une érosion de 60 millions d’années dans le sable des falaises côtières aurait donné cette forme sphérique étrange. Leur formation proviendrait de sédiments des fonds marins depuis l’époque préhistorique. Il s’agirait de dépôts de calcites autour de noyaux de boue fossilisés.

Attention à la marée car les boulders sont en grande partie recouvertes par l’océan pendant la marée haute… Nous avons eu de la chance car sans le savoir, nous sommes arrivés au bon moment!

Nous profitons de l’endroit et de la météo clémente pour nous pauser en bord de mer au free camp de “Katiki (North End)”. Nous y faisons notre premier feu sur la plage (et une baignade nocturne pour Julien).

Jour 29 – Moeraki Mont Cook

Cette journée sera dédiée à la route car elle est longue pour rejoindre le Mont Cook (environ 2h30) mais nous sommes récompensés par les paysages à l’arrivée !
Pas de longs discours… les photos parlent d’elles-mêmes! 
Notre free camp se trouve au niveau du Lake Pukaki Reserve. Cependant, nous devons nous rendre à l’aérodrome du Mont Cook pour des renseignements auprès d’une agence d’excursion. Nous sommes dimanche, google nous indique une fermeture des bureaux à 18h30 : nous y arrivons à 18h après 40min de route… pour rien! Les bureaux sont tous déjà fermés. Nous décidons donc de réserver notre excursion du lendemain matin directement en ligne. Nous bookons pour “The wigley : the Tasman glacier hike” (une excursion de 5h : un hélicoptère ou hydravion nous dépose en haut du glacier et nous explorons le glacier en faisant de la randonnée avec crampons et de la raquette).

Nous retournons donc à notre free camp en bord de Lake Pukaki car il faudra se lever tôt pour être à 8h à l’aérodrome.

Jour 30 – Mont Cook Mayfield

Arrivée sur les lieux en avance (vers 7h40), nous sommes étonnés de voir tous les bureaux fermés! Le stress sera de courte durée puisque, vers 8h, les organisateurs arrivent. 

En revanche, on nous indique que notre excursion n’est pas possible en raison de la météo : vent et nuages au sommet. Notre “Wigley” de 5h se transforme en Héli Hike de 3h… Malgré notre déception, nous sommes tout de même impatients : double combo baptême hélicoptère + balade sur glacier = égal 2 grands enfants heureux !!

Notre groupe est constitué de 10 personnes. Notre guide nous fournit le matériel adapté (grosses chaussettes, chaussures et crampons…) et nous voici parés pour le décollage! Le trajet en hélicoptère jusqu’au glacier dure une dizaine de minutes. Nous descendons directement sur la glace… whaou! Le vent généré par les hélices au décollage est impressionnant! 
Une fois nos crampons installés, c’est parti pour l’exploration des formations de glace. Notre guide nous explique que cet environnement est en constant changement! Nous découvrons ainsi un tunnel formé par l’eau descendant des sommets… Les photos faites à l’intérieur du tunnel donne le sentiment que nous sommes dans un aquarium tellement la glace est turquoise! Nous sommes entourés de montagnes enneigés et des craquements sourds se font entendre. Ce sont les plaques de neige et de glaces qui se détachent.
Après environ 1h30 d’exploration du glacier, nous revenons à notre point de départ et attendons notre hélicoptère pour le chemin retour.  L’excursion passe trop vite! C’est cher (575$/personne)… mais c’est à faire au moins une fois!

Nous nous rendons ensuite au village du Mont Cook et mangeons face à la montagne avant d’aller voir la marche qui mène au pied du glacier Tasman. Une promenade plus tard, nous décidons de reprendre la route pour l’étape suivante du voyage : retrouver la mer!

Nous nous arrêtons à mi-chemin de notre destination (Kaikoura) dans le free camp de Mayfield “Hinds River” pour la nuit.

Jour 31 – Mayfield Kaikoura

Une nouvelle journée “route” avec 4h de route pour rejoindre Kaikoura!
Nous pensions pouvoir longer la côte mais avec le séisme de novembre dernier… une partie des routes est toujours fermée à la circulation.
Pour mémo: la Nouvelle-Zélande a été touché par un séisme de magnitude 7,8 à 23 kilomètres de profondeur et à 90 kilomètres au nord de la ville de Christchurch. Le séisme a été suivi d’un tsunami. La ville de Kaikoura s’était retrouvée coupée du monde suite à de gigantesques glissements de terrain qui avait endommagé les liaisons routières et ferroviaires.

La Nouvelle-Zélande se situe à la limite des plaques tectoniques de l’Australie et du Pacifique. Cette zone fait partie de la “ceinture de feu du Pacifique” : on y enregistre jusqu’à 15 000 séismes chaque année.

Avant d’être renvoyé sur des routes dans les terres, nous profitons de la plage de Waikuku pour faire une petite pause baignade!

La suite de la route est rythmée par les virages et les zones de travaux (avec beaucoup de gravillons)! Nous arrivons à Kaikoura en fin de journée et nous contentons donc d’une session lessive. 

Le free camp de Kaikoura, “Meat Works”, se trouve à environ 15min du centre en voiture.

Jour 32 – Kaikoura

Le réveil est quelque peu matinal et bruyant! En effet, nous ne sommes pas réveillés par le bruits des vagues mais par le vas et vient des camions de chantier et des hélicoptères! Nous sommes au pied du chantier de reconstruction de la route menant à Picton.
Après un petit-déjeuner rythmé par les attaques de sandflies, n
ous commençons notre journée avec la réservation de notre excursion de l’après-midi. Nous passons par Whales Watch… (135$ avec la réduction de 10% obtenu dans le guide AA) : nous allons voir les baleines (whales en anglais 😉 ).

Le tour étant prévu pour 13h15, nous avons le temps d’aller nous promener à la pointe de Kaikoura pour aller voir la Kaikoura Seals Beach (Seals : phoques). Et ils sont nombreux! Nous avons même la chance d’apercevoir des dauphins!

Nous faisons notre pause déjeuner au bord de l’eau chez Kaikoura Seafood BBQ Kiosk!! Au top! Deux belles assiettes de poissons avec des crudités (53$ pour 2)!

De retour au point de départ de notre excursion, c’est la désillusion : notre tour est annulé en raison de la météo qui s’est dégradée! Nous rebookons pour un nouveau départ le lendemain matin (7h45) et nous retournons à la pointe de Kaikoura pour la Kaikoura Peninsula Walkway (une marche d’environ 2-3h). 
Nous retournons au free camp de la veille pour être au plus près le lendemain.

Jour 33 – Kaikoura Diamond Harbor

On se réveille tôt et on croise les doigts pour que l’excursion soit maintenue… Hourra, elle l’est!
A nous les baleines (enfin en réalité ce sont des cachalots que nous allons voir)!
Nous partons en bus direction le catamaran. La mission n°1 :
 localiser le cachalot afin que nous puissions l’observer. Ceux-ci passent beaucoup de temps sous la surface de la mer, nous n’en verrons qu’un seul mais quel spectacle! L’équipe nous explique que tous les cachalots que l’on peut voir au large des côtes sont des mâles. Les baleines se déplacent en petits groupes et plus éloignés des côtes. Nous passons environ 20min à observer le cachalot avant que celui-ci décide de retourner  à ses occupations. 
Notre skipper décide ensuite de nous emmener explorer la côte pour nous montrer des otaries. Et là, surprise : ce sont des dizaines de dauphins qui viennent jouer et faire la course avec notre bateau!
Cette excursion vaut vraiment le coup! C’est juste superbe!

Ayant réservés une activité pour le lendemain dans la ville de Akaroa, nous reprenons la route direction Diamond Harbor (3h34 de route quand même!).  Nous refaisons un arrêt baignade à Waikuku Beach (enfin baignade pour Julien… beaucoup trop de vent froid pour Eglantine).

Nous passons la soirée et la nuit dans le free camp “Diamond Harbour”.

Jour 34 – Diamond Harbor  Lyttelton

Nous quittons Diamond Harbour direction Akaroa et là… comment dire… ce ne sont pas des routes que nous empruntons. Dans le coin, quand il parle de “off road”, ils ne blaguent pas! Nous passons par des chemins de graviers, de terres où il est impossible de se croiser et rencontrons même notre premier panneau : 4WD Only! Nous rebroussons chemin face à cette route… nous ne sommes pas équipés pour!

Après environ 1h40 de route, nous voici à Akaroa. Le charmant village d’Akaroa est la seule colonie français en Nouvelle-Zélande. Pour la petite histoire : en 1838, un baleinier français, le capitaine Langlois, a décidé qu’Akaroa était l’endroit idéal où vivre. Il a acquis la péninsule via un accord foncier douteux avec les Maoris locaux. Il est ensuite retourné en France et a organisé les voyages pour amener les familles françaises avec l’intention de former une colonie française. Les noms de rue français d’Akaroa et les charmants cottages coloniaux sont leur héritage.

Ce qui nous amène à Akaroa ? Les dauphins! Notre activité de l’après-midi consiste à aller nager avec les dauphins Hector. Les dauphins d’Hector sont endémiques à la Nouvelle-Zélande, ce qui signifie que l’on ne les trouve nulle part ailleurs dans le monde. Ils sont aussi le plus petit et le plus rare dauphin du monde.

L’excursion est limité en nombre de place (12 personnes maximum sur le bateau), il faut donc penser à réserver en avance pour être sûr d’avoir de la place (160$/personne)!  
Après avoir enfilé une combinaison et se voir doter d’un masque et d’un tuba, direction le bateau pour aller trouver les fameux dauphins… Le trajet dure environ 30min. Une fois que l’on voit les dauphins jouer autour du bateau, il est l’heure d’aller les rejoindre! Au final, le masque et tuba ne sont pas de bonne qualité donc nous ne les avons quasiment pas utilisé! Ensuite, pour les préserver, il est interdit de toucher les dauphins. Comme ils sont curieux, ils viennent tourner autour de nous… Nous passons environ 1h dans l’eau à les observer. Une fois tout le monde de retour à bord du bateau, c’est l’heure de la course : les dauphins sautent et nagent au niveau de l’avant du bateau : c’est très beau à voir! L’eau étant froide, nous avons le droit à notre chocolat chaud sur le trajet du retour et à une bonne douche chaude à l’arrivée.

Nous nous accordons un petit moment de détente en bord de mer au niveau de la petite plage avant de reprendre la route. 

La fin se rapproche, il est temps de se rapprocher de Christchurch… Nous nous rendons à Lyttelton, le free camp le plus proche de Christchurch (environ 25min). Alors le Lyttelton Boat Ramp, c’est un grand parking caché derrière la zone portuaire… L’endroit est spacieux mais très venteux!

Jour 35 – Lyttelton Christchurch

Notre dernier jour avant de rendre le van. Nous nous rendons du côté de Sumner, une ville en bord de mer. Il s’agit de la plage la plus populaire de Christchurch (à 20 mns de route du centre). Appréciée des familles autant que des surfeurs et on comprend pourquoi! Il y a beaucoup de vent! Nous partons ensuite découvrir une plus petite plage à côté du parc Godley Head. 

Notre pause déjeuner se fait au bord de mer au niveau d’un parc (Redcliffs Park). Le soleil à beau être au rendez-vous, c’est dans le van que nous mangeons (miam l’agneau ;-))…le vent est froid! Nous allons ensuite nous pauser dans un café au niveau de la plage (l’occasion de charger les photos sur le blog…).

Nous retournons ensuite au free camp de la veille, toujours accompagnés par beaucoup de vent.

Jour 36 – Lyttelton Christchurch => Bye bye Easy Tiger

C’est l’heure de la séparation! Nous prenons notre dernier petit déjeuner dans ce qui aura été notre maison pendant 1 mois! Autant dire que nous un peu nostalgiques… Il va nous manquer Easy Tiger (Eglantine lui fait même un câlin pour l’occasion : voir photo)!

Il est l’heure de tout ranger et refaire nos sacs (avec plus ou moins de mal hein… on se rappelle pas avoir lutter autant pour que tout rentre au départ!). Nous nous rendons dans l’auberge  que nous avons loué à Christchurch pour une nuit sur booking : Rucksacker Backpacker Hostel (68$ la nuit pour une chambre individuelle) afin de laisser les affaires. 

Nous nous rendons ensuite à Escape Car Rental : ça y est c’est l’heure… nous sommes de nouveau piéton!

Direction le centre ville de Christchurch (et oui à pied!) pour aller manger et se promener dans le centre
Christchurch (en māori Ōtautahi) est la deuxième plus grande ville de la Nouvelle-Zélande, la première de l’île du Sud et la capitale régionale de Canterbury. On constate vite qu’elle a aussi souffert du séisme mais celui de 2011… beaucoup de bâtiments sont “abîmés” et le centre ville entier est un grand “chantier”. Nous constatons que de très nombreux édifices historiques, dont la cathédrale, sont partiellement ou totalement détruits. Pour faire face à ces destructions et les séismes à répétition, la ville a renouvelé son centre en développant des magasins, banques, et restaurant à l’aide de contenairs. Ici comme à Singapour, ils connaissent les Food Court (Une adresse à retenir : Little High Eatery)! Wahouuuu le paradis pour des gourmands comme nous! Nous nous faisons plaisir chez El Fogón Grill, un restaurant spécialisé dans les grillades de style sud-américain. Et allons ensuite marcher dans le centre ville et les différents parc pour digérer.
C’est déjà la fin de journée : l’heure de rentrer à l’auberge.

Jour 37 – Bye bye Nouvelle-Zélande

Il est déjà 10h : l’heure de dire au revoir à l’auberge mais aussi à la ville de Christchurch => direction l’aéroport.

Nous prenons un Uber pour rejoindre l’aéroport (19$). Le trajet et l’arrivée sont simple : il n’y a qu’un accès “départ” et non pas plusieurs terminaux… Comme nous sommes en avance, nous nous posons dans un café afin de prendre un petit déjeuner et continuer d’avancer sur le blog… Le temps passe vite et il est déjà l’heure d’aller enregistrer les bagages et manger (Burger King c’est les vacances hein…). 

Comme on est bon niveau timing, on a même le temps de jouer au ping-pong (pour éliminer le Burger King… et pour que Eglantine perde 0-4 face à Julien… on ne peut pas être bon partout). Nous décollons à 15h45 de Christchurch direction Brisbane… 

Ici s’achève ce road-trip de 40 jours en Nouvelle-Zélande et en route vers de nouvelles aventures en Australie…

Laisser un commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com