Notre premier arrêt dans l’état du Northern Territory sera dans la ville de Katherine… On ne peut pas louper le match de la coupe du monde de football : France – Argentine !

L’occasion de retrouver Jullian, Elise et sa cousine Caroline. Direction le Country Club de la ville pour une diffusion du match à 00h30 ici (on est motivé oui !). L’ambiance est à son maximum avec la trentaine de français présent sur place pour une belle victoire de la France (nous n’avons jamais autant entendu La Marseillaise que pendant ce match : toutes les 10 min environ…). L’anecdote qui prouve que le monde est petit : nous retrouvons par hasard Emmanuelle et Dylan, un couple avec qui nous avions roulé et passé 15  jours dans le désert en Avril.

Après une courte nuit, nous allons nous prélasser dans les Hot Springs : des sources d’eau chaude accessibles gratuitement en pleine ville.

Direction ensuite le Nitmiluk National Park pour découvrir les Edith Falls.

Edith Falls (ou Leliyn selon son nom officiel) se situe à 61 kms de Katherine. Nous attaquons le Leliyn Trail : une courte marche de 2 ,6 kms aller-retour. Le chemin part du parking pour rejoindre l’Upper pool (la piscine du haut de la cascade). L’endroit est absolument superbe avec sa cascade et ses bassins.  Nous terminons la boucle avec le coucher du soleil. Et direction le free camp pour un barbecue. Ce soir, c’est pommes de terre, bacon et fromage dans le feu : Royal !!

Nous quittons, Elise, Caroline et Jullian qui partent vers le désert du Red Center (Uluru, Kings Canyon…) et prenons ensuite la route du célèbre Litchfield National Park. Trois jours sont assez pour visiter ce superbe parc accessible gratuitement !

Un peu d’histoire sur ce lieu :

Situé à 114 kms au Sud-Ouest de Darwin, le site était habité par les aborigènes pendant des milliers d’années. Le nord était occupé par les Mak Mak Marranunggu et le sud par les Werat et les Waray. Il fut découvert en 1864 par Frederick ‘Fred’ Henry Litchfield, qui avait pour mission d’explorer les alentours de la rivière Adelaide River. Les aborigènes furent chassés de leur terre, placés en réserves ou missions chrétiennes, et souvent utilisés comme gardiens de bétail ou domestiques dans les fermes. En 1870, la découverte d’étain et de cuivre permis aux colons de débuter une exploitation des sols qui dura jusque dans les années 1940. En 1949, l’uranium fut découvert, offrant une nouvelle source de revenus avec son exploitation minière, qui dura de 1953 à 1971. Le site ferma ses portes suite à une faillite, et le Litchfield fut laissé à l’abandon jusqu’en 1986, lorsqu’il fut déclaré Parc National.

Nous suivons les conseils de Elise et Jullian, passés avant nous et attaquons notre visite tôt le matin pour obtenir facilement un emplacement de camping. Nous débutons par le Magnetic/Cathedral Termite Mounds pour observer les plus belles termitières du parc. Ces termitières sont bâties par des milliers voire millions de termites. Et elles ne laissent rien au hasard, même l’orientation Nord/Sud pour permettre le contrôle de la température à l’intérieur de la termitière est calculé. Il faut dire qu’ici, le soleil est de plomb.

Direction ensuite le camping de Florence Falls ($6.60/personne). Nous avons de la chance et trouvons un emplacement direct. Une fois garé, direction la chute d’eau. L’avantage du camping est d’être à proximité du site (environ 1km comprenant 235 marches). Un seul mot d’ordre : arriver tôt si vous voulez être au calme pour vous baigner.  À notre arrivée, nous sommes une dizaine… lors de notre départ, cela prend des allures de piscine municipale en plein été en France (cinquantaine de personnes)! Prenez vos masques afin de pouvoir observer les poissons.

Une pause déjeuner sur notre emplacement de camping et nous voici reparti à pied direction Buley Rockhole : une série de bassins naturels et petites cascades au milieu de la forêt. Il s’agit de notre point de RDV avec les 2 bretons Jeremy et Quentin… sauf que nous n’avons pas de réseau et qu’il y a ici 3 zones de baignades (ce que l’on ne savait pas). N’étant pas à la même… nous ne les retrouverons qu’à 17h…

Le lendemain est dédié aux chemins 4×4 ! Direction la Lost City (la ville perdue pour les moins anglophone 😉 ). Un chemin de terre de 10 kms de virages et bosses au beau milieu de la forêt nous mène au cœur des ruines d’une civilisation disparue. Le paysage est fait de roches qui se superposent et certaines colonnes de pierres tiennent en équilibre comme par magie…

Ensuite, nous faisons un saut au lookout de Tolmer Falls afin d’admirer l’arche de pierre au-dessus de la cascade et c’est l’heure d’attaquer le vif du sujet : la gravel road pour atteindre Sandy Creek… Elise et Jullian avaient rebroussés chemin lors de leur visite face à la profondeur de la rivière à traverser… (Team Pajero !! Leur Willy paraissant plus bas que notre Walid). A notre tour ! Nous ne faisions pas les fiers en arrivant devant mais après le check de la hauteur et le passage d’un 4×4 équivalent au notre, nous sommes décidés! Nous dégonflons un peu les pneus avant de traverser afin de gagner de l’adhérence sur le lit de sable au fond de la rivière. Nous n’avons pas envie de rester coincés au milieu surtout à la vue du panneau à l’entrée : «  Attention Crocos » et hop ! c’est parti ! Au final Julien l’a traversé 3 fois de suite (un vrai gosse !). Bilan… un peu d’eau entre par les portes arrières mais rien de méchant, il suffira de faire sécher la voiture au soleil pendant 1h pour que tout soit sec !

Nous pensions avoir fait le plus dur… mais c’est sans compter l’accès à Blyth Homestead. Arrivés devant le passage fatidique, nous sortons de la voiture pour évaluer la situation quand un Australien arrive en 4×4 derrière nous, se posant les mêmes questions : crocos ? profondeur ? composition du lit de la rivière ? Celui-ci nous explique que la première rivière lui a déjà donné assez d’adrénaline. Hésitant, il nous propose sur un ton blagueur de passer devant ! Ahahah ! Téméraires et estimant une profondeur similaire, nous décidons de tenter la traversée. Finalement, ce passage était un peu plus profond que la précédente rivière mais Walid fait le travail. Nous nous arrêtons à la sortie pour attendre l’australien, mais visiblement, il rebrousse chemin. Cette traversée de rivière sera donc la plus impressionnante car longue, profonde et sans grande visibilité de l’autre côté… Au bout du chemin, nous observons les vestiges du passé : une propriété construite par les pionniers en 1929.

Nous voulions aller jusqu’à Secret Creek mais la route est fermée… notre terminus est donc Tjaynera Falls (Sandy Creek). Le camping ($6.60/personne) se trouve au départ de la randonnée, ce qui nous permet de nous installer tout de suite afin de déjeuner et ensuite pouvoir aller tranquillement se baigner dans le superbe bassin et sa grande cascade.

Le lendemain nous attend le site incontournable du parc national : Wangi Falls, où se trouve la cascade la plus large et la plus accessible. Nous commençons par la marche qui permet d’atteindre le sommet de la cascade. Impossible de louper les chauves-souris qui occupent les arbres, on n’entend qu’elles, même une fois arrivés en haut ! Ouvrez l’œil, il y a aussi de belles araignées… Il est ensuite temps de se jeter à l’eau… l’heure de baptiser nos accessoires gonflables : une main australienne pour Julien et un donut pour Eglantine.

Ici, c’est le même mot d’ordre que pour Florence Falls : arriver tôt car cela devient vite l’usine…

Une pause déjeuner plus tard, nous reprenons la route direction Darwin : notre location Air B&B nous attend… A nous le confort pour une semaine !

Laisser un commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com