Découverte de Port Douglas, rencontre avec les papillons à Kuranda et… ouverture improvisée de noix de coco !

La ville de Port Douglas se trouve à la croisée de la forêt tropicale de la Daintree et de la ville de Cairns. Malheureusement pour nous… la météo n’est pas au top et même si nous n’avons pas de pluie, le ciel est bien gris et menaçant !

La ville de Port Douglas fut créée en 1877 après la découverte d’or à “Hodgkinson River” par James Venture Mulligan. La ville se développa rapidement et avec la construction de la “Mulligan Highway” la ville pouvait drainer encore plus de monde. Quand la voie de chemin de fer entre Cairns et Kuranda fut achevée en 1891, l’intérêt et la population de Port Douglas s’effondrèrent. En 1911, un cyclone démolit toute la ville sauf deux maisons et la population chuta à environ 100 personnes. 
Au milieu des années 1980, la ville reprit son expansion grâce à l’aide de Christopher Skase, un investisseur australien qui finança la construction d’un hôtel Sheraton. La ville a ainsi commencé à se développer comme station balnéaire.

Avec ses plages de sable doré et des complexes hôteliers parmi les plus haut de gamme de la région, l’ancien petit village de pêcheurs de Port Douglas s’apparente selon nous au Saint Tropez local. Très chic et très jolie ville !

Nous commençons par le lookout pour y découvrir un point de vue magnifique sur plage…avec le ciel gris ! Ensuite nous nous rendons dans le centre pour faire un petit tour en ville et un début de prospection pour la grande barrière de corail… tellement d’agences, d’activités et de tarifs différents. Il va nous falloir du temps pour éplucher la pile de flyers de pub pour mieux définir notre projet.

Le soleil n’étant pas de la partie, nous reprenons la route direction Kuranda.

Kuranda (1 611 habitants) est une ancienne ville minière perdue dans la montagne située sur le plateau de la Cordillère Australienne à 25 km de Cairns. Elle est devenue une destination touristique grâce à son train pittoresque inaugurée en 1881 (il permettait de ravitailler les mineurs de la région), ses nombreux équipements touristiques (boutiques, restaurants, parc à oiseaux, papillons, chauve-souris) et à son environnement constitué de forêt avec les chutes de Barron Falls.

Le peuple aborigène Djabugay habite dans cette région depuis plus de 10 000 ans et leur culture continue de prospérer encore aujourd’hui. Le nom qu’ils donnent au village actuel de Kuranda est « Ngunbay », c’est-à-dire le lieu de l’ornithorynque. 

Autant le dire… on se rend vite compte de l’aspect touristique dès notre arrivée dans la ville, autant par le nombre de cars de touristes que par le prix des différentes activités ! Entre 20 à $45/personne pour l’entrée des différents parcs, environ $60 pour un trajet dans le train et $100 par personne pour le skyrail (une nacelle survolant la forêt vers la falls)… un bon petit budget !

Pour notre part, nous décidons d’aller à la rencontre des papillons dans le Butterfly Sanctuary ($20/personne en ayant récupéré une réduction de 10% dans un Visitor Centre) .
L’entrée nous amène dans une grande serre et, dès l’entrée, de superbes papillons nous attendent. L’endroit est grand et bien aménagé avec 
des plans d’eau, des arbres et des fleurs. Nous y arrivons vers 15h00 et c’est parfait car ce n’est pas la foule ! Le jeu maintenant… reconnaître les différents papillons et surtout réussir à prendre des photos nettes (grandes missions avec des papillons qui bougent tout le temps !).

Nous profitons d’une visite guidée gratuite avec un jeune que l’on sent passionné par ce qu’il fait pour en apprendre plus sur les papillons…  Nous découvrons  tout le cheminement :  du stade de l’œuf en passant par la chrysalide puis la chenille pour devenir ensuite un magnifique papillon. Le sanctuaire permet notamment de voir le travail des chercheurs dans des laboratoires.

Comme toujours, prit dans notre observation et admiration de ces jolis spécimens… nous ne voyons pas l’heure et sommes gentiment ramenés vers la sortie car le sanctuaire ferme… 

Bon à savoir, Kuranda est une ville dédiée au tourisme, pour autant, il faut être matinal car tout commence à fermer à partir de 16h !

Nous allons passé la nuit dans un camping : le Kuranda Rainforest Accomodation Park ($30/ la nuit)… De retour dans le QLD = peu ou pas de free camp ! C’est l’occasion pour nous de prendre du temps pour ouvrir la noix de coco récupérée lors de notre visite à Mossman Gorge. Nous faisons l’attraction du camping et après 2h environ de bataille (oui oui c’est long… mais nous ne sommes pas des pros hein ! C’est la première fois…) à nous la dégustation ! Nous offrons la moitié à un couple d’allemands : ils ont été nos principaux supporters dans l’expérience.

Avant de rejoindre Cairns, nous passons par le Barron Gorge National Park pour aller voir Barron Falls. Le parc s’étend des plaines côtières (Lake Placid) aux régions élevées du plateau d’Atherton (près de Kuranda). Il fait partie des terres traditionnelles des peuples autochtones de Djabugandji.

La rivière Barron domine le parc et traverse 60 kilomètres à travers le plateau d’Atherton pour pénétrer dans la gorge de Barron avant de rejoindre la mer. Pendant la saison des pluies, les eaux créent souvent un superbe spectacle à Barron Falls mais pour rappel, nous sommes en saison “sèche” (dry). Nous n’avons donc droit qu’à un mince filet d’eau…

Direction le Barron Falls Lookout avec sa petite marche de 20-30 min à travers la forêt… Ce lookout est probablement le point de vue le plus célèbre du nord du Queensland et est visité par des milliers de personnes chaque année. Le belvédère offre une vue frontale complète des chutes. Quand nous y arrivons, nous ne sommes que 2-3 personnes sur la plateforme, l’occasion de prendre de belles photos et d’écouter tranquillement le chant des oiseaux… mais 10 min après notre arrivée, le fameux train de Kuranda Scenic Railway s’arrête et là, c’est le drame ah ah ! Une foule de touristes se masse sur la plateforme. C’est l’effervescence pendant environ 10 minutes avant que les passagers soient invités à remonter dans le train. La passerelle se vide aussi vite qu’elle s’est remplie et le calme reprend sa place pour notre plus grand plaisir. Les photos avant / après parlent d’elles-mêmes…

Il est temps de reprendre la route direction Cairns, notre prochain arrêt pour une petite semaine…

Laisser un commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com